2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2008

Sommes-nous un ou très divers ?

"Le vrai moi est celui qui se trouve en janvier sur le trottoir, ou celui qui se penche sur le balcon en juin? Suis-je ici ou suis-je là? Ou bien le vrai, le vrai moi est-il quelque chose de si divers que c'est aux seuls moments où nous lâchons la bride à ses désirs, où nous lui laissons librement suivre sa voie que nous sommes vraiment nous-mêmes? Il faut que l'homme soit un tout, c'est plus commode; Le vrai citoyen, lorsqu'il ouvre sa porte le soir doit être banquier, joueur de golf, époux, père; non un nomade parcourant le désert, un mystique perdu dans la contemplation du ciel, un paria hurlant son doute ou sa solitude. Lorsqu'il ouvre sa porte, il doit passer ses doigts dans ses cheveux et mettre son parapluie au vestiaire comme les autres"

Virginia Woolf       [Vagabondage: une aventure londonienne]

46ème passage aujourd'hui, c'est copieux, déjà, non? Sachez que si j'ai choisi toutes ces pages, c'est qu'elles me correspondent; j'espère continuer à vous embarquer longtemps.

Bonne lecture à tous   AME 91

16:34 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

C'est un joli passage, vraiment, qui m'a emmené vers Théodore Monod, et donc Alain Souchon, et puis aussi Henry de Monfred et aussi donc Gérard Manset et donc Orion et Orphée, par là même François Perrier et Maria Casarès, Maria Casarès et la Galice, l'océan, oui, voilà, le fado, Maria...

Écrit par : PdB | 06/09/2008

Oui, certains passages nous empoignent, nous tirent par la manche et nous mènent loin; Monod, certes,et ceux qui ont laissé de côté les faux-problèmes; je pensais à P.Fleming, N.Bouvier qui nous offrent des heures de précieux cheminement intérieur; mais aussi la musique en effet, je suis plus blues que fado qui m'angoisse vite et des voix me transportent, le grand Paolo Conte entre autres et des instruments comme le violoncelle: Ah, Rosamund, Schubert, je suis touchée ou non,sans supériorité de la musique dite classique, mon père disait "la grande musique".
Au fait, on était partis de Mrs Woolf!
A bientôt

Écrit par : Anne-Marie Emery | 06/09/2008

Les commentaires sont fermés.