2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2009

Mots d'adieu du grand-père

Le début de l'un des livres préférés de Barack Obama

"I am not ashamed of my grandparents for having been slaves. I am only ashamed of myself for having at one time been ashamed.

About eighty-five years ago, they were told that they were free, united with others in our country, and they believed it, they exulted in it.They stayed in their place, worked hard, and brought up my father to do the same. But my grandfather is the one, he was an odd old guy, and I am told I take after him. It was he who caused the trouble. On his deathbed, he called my father to him and said:Son, after I'm gone, I want you to keep up the good fight,I never told you but our life is a war and I have been a traitor all my born days, a spy in the enemy's country ever since I give up my gun back in the reconstruction. Live with your head in the lion's mouth. I want you to overcome them with yeses, undermine them with grins, agree them to death and destruction, let them swoller you till they vomit or bust wide open.Learn it to the young-uns, he whispered fiercely, then he died."

RALPH ELLISON       [Invisible man]   1952

14:44 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (3)

24/01/2009

Ne rien regretter, jamais.

" Elle se souvenait qu'elle prenait des trains. Qu'il lui fallait s'en aller, se tourner vers ailleurs, où elle n'aurait plus pensée de rien, oubliant la colère et le grief et même le chagrin ...Oui, les trains qui roulaient, longeaient les campagnes et les villes, où elle n'aurait pas à descendre, le train qui longeait le monde selon la frange, l'invisible frontière d'un univers où l'on se blessait et se déchirait, si bien qu'à ces moments-là, plus rien n'existait que la sorte de paix, l'étrange, inordinaire solitude.

Ce pouvait être la mer, c'était probablement la mer où elle allait et restait quelques jours, tapie comme une bête, une fugitive, dans une de ces cabines de plage abandonnées à cette saison,, une de ces petites huttes de toile ou de bois désertées pour l'heure, où, dans l'odeur froide et rance des marées, elle s'installait avec ses châles et ses couvertures, ne redoutant ni le froid, ni le vent ni la nuit sur la mer, et quand plusieurs jours après elle revenait, on ne la voyait pas davantage, un jour, on l'apercevait dans la cour, amaigrie et ne parlant à personne, tandis qu'elle allait et venait dans ses jupes fatiguées, ouvrant et fermant les portes des armoires, et disant combien les figurines avaient séché et n'étaient plus que glaises bonnes à jeter; elle disait que rien n'avait besoin de demeurer, qu'on pouvait faire et défaire et ne rien regretter, jamais. Et bientôt, on entendait les coups de maillet et de marteau, et le bruit quand elle recommençait à travailler, et alors, ce n'était plus de grands beaux corps, ou de ces petits groupes qui avaient fait sa renommée, c'était comme autrefois, quand elle entrait à l'atelier du maitre, des mains et des pieds qu'elle modelait comme une débutante, quand le lendemain ou le soir même, elle n'entreprenait pas avec les mêmes marteaux de les détruire, cependant qu'une fois encore elle figurait le buste de Paul, plus que jamais pensant à lui, et attendant sa venue, sur une carte marquant d'une épingle,les villes où il résidait, et d'où lui parvenaient ces lettres qui disaient qu'il ne l'oubliait pas, non, il ne l'oubliait pas."

MICHELE DESBORDES     [La robe bleue ]

18:57 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

20/01/2009

Ceux qui ont pris le train de l'ailleurs

"Ils partaient , en bandes, après les semailles, se regroupaient dans les mêmes galetas, travaillaient comme des esclaves, sans prendre langue avec les naturels au parler pointu, toute leur espérance, et leurs amours, restées au pays natal où germaient les moissons. La littérature limousine, la vraie, est née de la déshérence du Limousin...Ceux qui ont pris , isolément,  le train de l'ailleurs, changé de lieu, ont changé d'âme. Ce qu'ils ne savaient pas, parce qu'ils le vivaient, leur est brutalement apparu dans cet arrachement, cette extériorité à soi-même où ils étaient entrainés. C'est ce qui leur a prescrit leurs thèmes, les mêmes, puisque la littérature ne peut qu'établir, dans son registre, ce qui se produit dans la réalité. Que disent-ils, ces fuyards, ces transfuges dolents, effarés? Le deuil de ceux dont ils se sentent les légataires et qui ne sont plus désormais que pour eux, parce que le Limousin va connaitre le sort des mauvaises terres.

Le progrès, les engrais, les semences de sélection, la mécanisation les rend à la friche, à l'absence et au vide. Les derniers, Michon, Millet, furent les contemporains de l'exode rural, de la mort du monde immémorial qui les avait bercés et qui va périr puisque, au lieu de le continuer, ils l'ont quitté sans retour. Ils sont les derniers qui sachent ce que furent "les petits hommes noirs" du plateau, les figures "minuscules " qui peuplaient les villages gueux épars dans les bruyères et les genêts.

Nul, après eux, ne se souviendra plus de rien puisque le rien prend inexorablement possession des lieux où nos ascendants ont joué la partie difficile, désespérée, qui leur revenait."

PIERRE BERGOUNIOUX   [Postface à  "Du pays et de l'exil" de Laurent Bourdelas ]

 

Quelle émotion! C'est toute mon ascendance maternelle.

11:17 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (3)