2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2009

Un obstacle invisible

"Comédien, se dit-il, et comédienne l'un envers l'autre, mais personne ne trompe l'autre pourtant. Lorsqu'il arriva chez elle le lendemain matin, le trouble, l'agitation qui émanaient de lui, son regard fuyant, durent la frapper d'emblée, car la première parole qu'elle prononça fut confuse,et, par la suite, elle ne retrouva plus l'insouciant équilibre de sa conversation. Elle jaillissait, puis retombait, il y avait des pauses et des tensions qu'il fallait chasser dans un sursaut de violence. Il y avait quelque chose entre eux, un obstacle invisible, auquel leurs questions et leurs réponses se heurtaient comme des chauves-souris à un mur. Et tous deux le sentaient, ils passaient sans arrêt d'un sujet à l'autre et finalement, dans le vertige provoqué par ces paroles prudentes qui ne menaient nulle part, la conversation s'essoufla. Il s'en aperçut à temps et prétexta, lorsqu'elle lui proposa de nouveau de rester déjeuner, un entretien urgent en ville.

Tandis qu'elle le raccompagnait, ils se lancèrent des regards anxieux. Quelque chose irritait leurs nerfs, aussi fut-ce un soulagement lorsque son manteau déjà sur les épaules, il se retrouva devant la porte.Mais, tout d'un coup, il se retourna, résolu.A vrai dire, je voulais encore te demander quelque chose avant de m'en aller, cela me ferait plaisir de revoir ma chambre, la chambre où j'ai habité deux ans...

Tu n'y retrouveras rien de changé; dans cette maison, rien ne change...

C'est exactement comme autrefois, n'est-ce pas, commença-t-elle à dire avec la ferme volonté de prononcer des mots neutres,  anodins,(et pourtant, sa voix tremblait, comme voilée).

Mais il refusa que la conversation prenne cette tournure conciliante, et serra les dents.

Oui, tout, mais soudain, une colère violente fit irruption,et, amer, il ne put réprimer ses paroles:" Tout est comme autrefois, sauf nous, sauf nous!"

STEFAN  ZWEIG      [Le voyage dans le passé]

16:09 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.