2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2009

Elles y sont toutes ?

"Il fut capturé par surprise: il était juché à quinze pieds au-dessus d'eux, dans les fourches d'un arbre aux multiples ramures. Aux yeux ébahis de tous, il se laissa tomber comme une ombre, , aussi nu que le jour où il était né, atterrit avec souplesse sur ses genoux pliés, puis, s'étant redressé, se mit à bondir toujours comme une ombre sur le sentier. On eût dit, plutôt qu'un être humain, un esprit fantastique de la jungle, un lutin de la forêt...Avant qu'il ait pu s'enfuir, Binu Charley était sur lui et l'avait empoigné par ses cheveux, qui étaient blancs comme neige. C'était un tout jeune homme et un dandy de la brousse: sa figure était noircie au charbon, ses cheveux devaient leur blancheur à la cendre de bois dont ils étaient poudrés; une queue de sanglier fraichement coupée lui passait au travers du nez et deux autres lui traversaient les oreilles. Son seul autre ornement était un collier de phalanges humaines.

Il est près de son village, avertit à voix basse Binu Charley. Au même moment, le son grave d'un tam-tam résonna dans les hauteurs...Ils débouchèrent soudain en plein milieu du village...

Où sont les fella têtes?

Chez le sorcier, répondit-il.C'est cette grande maison,à ce diable de diable.

Au centre, devant un feu qui fumait lentement, un vieil homme se tenait accroupi dans les restes de cendre de milliers de feux éteints ; il regardait les envahisseurs en clignant de l'oeil d'un air indifférent. Il était extrêmement vieux, si vieux que sa peau flasque et parcheminée se plissait et pendait.Ses mains n'étaient que des griffes osseuses, et sa face émaciée faisait songer à une tête de mort.Ils trouvèrent suspendu dans la cheminée ce qu'ils cherchaient.

Joan se détourna et s'enfuit au-dehors en trébuchant, prête à se trouver mal; vacillant au soleil et respirant fort pour ne pas s'évanouir, elle demanda à Sheldon , d'une voix mourante:

Elles y sont toutes?"

JACK    LONDON    [ L'Aventureuse ]    1911

Quelqu'un qui m'a fait découvrir ce livre se reconnaitra... 

18:25 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

C'est pas moi qui t'ai fait découvrir ce livre, mais ça fait penser à Tarzan, à Hitchcock, aux Trois lanciers du Bengale avec Errol Flynn si je ne m'abuse, donc à Fritz Lang et aussi, beaucoup, le vieil "indien" à Little Big Man... On voit que l'invention est toujours recommencée... Et pour les photos sur le petit journal, il y a
"ajouter un document" bouton sur lequel tu cliques et normalement apparaît le contenu de ton disque dur : tu recherches la photo que tu veux insérer, tu cliques sur "ouvrir" elle s'insère directement (après un temps assez long type 30 secondes, mais tu ne la vois pas, sa référence apparaît au bas de ton message au titre sur fond vert (enfin c'est comme ça chez moi), après avoir cliqué sur "voir ce message avant de le poster" et ensuite "insérer le message" ou "poster le message" je ne sais plus, et le tour est assez bien joué... j'espère que tu y arriveras... sinon, vas y essaye encore... :°) amitiés AME et merci pour ces extraits...
PdB

Écrit par : PdB | 22/03/2009

merci pour l'encouragement et les conseils techniques; j'ai enfin compris ce qui ne marche pas,mes photos ne sont pas assez réduites et je vais m'en occuper quand j'aurai le temps,en fait, ce serait plus simple si tu avais une adresse e-mail; j'ai déjà envoyé à Philippe Didion des photos et c'est plus commode que de passer par Tiers livre(pour moi dont l'incurie est bien connue)
amitiés AME

Écrit par : AME 91 | 26/03/2009

Liverpool Cosmetic Plastic Surgery

Écrit par : James | 12/11/2009

Les commentaires sont fermés.