2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2009

Le lieu de l'absence de lieu

"ce que moi, Georges Perec, je suis venu questionner ici, c'est l'errance, la dispersion, la diaspora.

Ellis Island est pour moi le lieu même de l'exil,

c'est à dire

le lieu de l'absence de lieu, le non-lieu, le

nulle part.

c'est en ce sens que ces images me concernent, me

fascinent, m'impliquent,

comme si la recherche de mon identité

passait par l'appropriation de ce lieu dépotoir

où des fonctionnaires harassés baptisaient des

Américains à la pelle.

ce qui pour moi se trouve ici

ce ne sont en rien des repères, des racines ou des traces

mais le contraire:quelque chose d'informe, à la

limite du dicible,

quelque chose que je peux nommer clôture, ou scission,

ou coupure

ce qui est pour moi très intimement lié au fait d'être juif...

c'est une évidence si l'on veut, mais une évidence médiocre,

qui ne me rattache à rien

ce n'est pas un signe d'appartenance

ce n'est pas lié à une croyance,à une religion, à une pratique

à un folklore, à une langue;

 ce serait plutôt un silence, une absence, une question

une mise en question,un flottement,une inquiétude:

une certitude inquiète

quelque part, je suis étranger par rapport à quelque chose de moi-même

je ne parle pas la langue que mes parents parlèrent, je ne partage aucun des souvenirs qu'ils purent

avoir, quelque chose qui était à eux, qui faisait qu'ils étaient eux, leur histoire, leur culture, leur

espoir ne m'a pas été transmis.je n'ai pas le sentiment d'avoir oublié mais de n'avoir jamais pu apprendre."

GEORGES  PEREC     [Ellis Island ]

 

19:07 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Etrange sentiment que ces souvenirs que non plus je ne partage pas avec mes parents (disparus certes mais ça n'y change rien), quand je pense à Perec (là, le texte j'y pense aussi, là, la statue de la Liberté, et ce film d' Hitchcock qui s'y déroulait pour une part), mais je vois aussi les rues du 20°, et la petite rue Chazelles aussi, du 17° aussi, de je crois savoir la Vie Mode d'Emploi, et les Choses. Bon très bien. Parfait. On continue. Merci AME (puis-je me permettre de signaler au Notulographe cette citation ? Il les recense pour son bulletin Georges Perec).

Écrit par : PdB | 29/09/2009

contente que ce passage ait fait "tilt"
oui, of course, tu peux signaler le passage au notulographe
AME

Écrit par : anne-marie emery | 29/09/2009

Les commentaires sont fermés.