2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2010

Madame

"Au cours des réceptions que Madame donnait encore parfois chez elle, avec cette sur-outrance, cet étalage de ceux qui n'aiment plus manger depuis longtemps et où s'accumulaient foie gras coupé en tranches trop épaisses pour un traiteur soucieux d'en écouler un maximum, ce qu'elle aimait le plus, Madame, c'étaient les présentoirs, les siens avaient la forme d'un ciboire, qui lui rappelait elle ne savait plus quoi "l'impératrice Farah les voulait mais Sotheby m'a préférée, c'est un ami".

A vrai dire, Madame avait horreur de toutes ces nourritures-là. Bref, elle, quand elle le pouvait buvait un café fait de poudre très fine, bouillie et rebouillie, et ne manquait pas de retourner la tasse pour chercher dans les méandres du fond son avenir. Elle se souriait à elle, seule! Elle disait parfois,  brillante, en riant." Je dois avoir des ascendances paysannes que je ne sais pas. Je suis incapable de faire une promenade sans but; incapable de creuser un canal qui ne mène à rien". Elle le chantonnait presque à l'ami célèbre qu'elle avait invité sur son yacht. Elle n'avait jamais su se défaire à vrai dire, elle n'avait jamais essayé, de ce penchant immodéré qu'elle avait pour la flatterie. Flouée par celui ou celle qui l'encensait, même et surtout si c'était énorme, flattée d'approcher et devenir l'amie de n'importe quel imbécile, pourvu que l'imbécile en question, le n'importe quel demi-fesse possède même momentanément, accroché à ses chevilles, les quelques menus grelots d'un pouvoir. Elle le trouvait alors beau, plus, magnifique, se servait même du mot sublime. Dès qu'elle connaissait un tenant, voire un pré-tenant de ce pouvoir-là jusqu'à même un cinquième attaché de cabinet, elle n'avait de cesse de l'annexer à son groupe. " De toutes façons, murmurait-elle, vous, vous ne le savez pas mais le vrai chef, c'est lui; je le sais moi, de source secrète."

FRANCOISE  XENAKIS      [La natte coupée]

 

 

10:02 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.