2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2010

C'est toi

"Il est un pays superbe, un pays de Cocagne , dit-on, que je rêve de visiter avec une vieille amie? Pays singulier, noyé dans les brumes de notre Nord,  et qu'on pourrait appeler l'Orient de l'Occident, tant la chaude et capricieuse fantaisie s'y est donné carrière, tant elle l'a patiemment et opiniâtrement illustré de ses savantes et délicates végétations.

Un vrai pays de Cocagne où tout est beau, riche, tranquille, honnête; où le luxe a plaisir à se mirer dans l'ordre; où la vie est douce et grasse à respirer; d'où le désordre, la turbulence et l'imprévu sont exclus; où le bonheur est marié au silence, où la cuisine elle-même est poétique, grasse et excitante à la fois, où tout vous ressemble; mon cher ange.

C'est là qu'il faut aller vivre. C'est là qu'il faut aller mourir!

Oui, c'est là qu'il faut aller respirer, rêver et allonger les heures par l'infini des sensations.

Oui, c'est dans cette atmosphère qu'il ferait bon vivre, là-bas où les heures plus lentes contiennent plus de pensées, où les horloges sonnent le bonheur avec une plus profonde et significative solemnité.

Un vrai pays de Cocagne où tout est riche , propre  et luisant, comme une belle conscience, comme une magnifique batterie de cuisine, comme une splendide orfèvrerie, comme une bijouterie bariolée! Les trésors du monde y affluent; pays signulier, supérieur aux autres, comme l'Art l'est à la Nature, où celle-ci est réformée par le rêve, où elle est corrigée, embellie, refondue.

Vivrons-nous jamais, passerons-nous jamais dans ce tableau qu'a peint mon esprit, ce tableau qui te ressemble?

Ces trésors, ces meubles, ce luxe, cet ordre, ces parfums, ces fleurs miraculeuses, c'est toi; c'est encore toi, ces grands fleuves et ces canaux tranquilles, ce sont mes pensées qui dorment ou qui roulent sur ton sein."

CHARLES BAUDELAIRE     [L'invitation au voyage ]

Le Spleen de Paris     (Petits poèmes en prose)

 

18:21 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

voilà qui donne foutrement envie d'aller passer quelque semaines sur la rive sud de la Crête... enfin ce que j'en dis...

Écrit par : PdB | 01/06/2010

Les commentaires sont fermés.