2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2010

Ode à mon stylo

"Chère Kitty,

Mon stylo a toujours été pour moi uns chose très précieuse; je l'ai beaucoup apprécié, surtout à cause de sa grosse plume, car je ne puis écrire convenablement qu'avec un stylo à grosse plume.

Je l'ai reçu lorsque j'avais neuf ans. Il est arrivé, enveloppé d'ouate dans un petit colis postal avec la mention :échantillon sans valeur; il venait d'Aix-la-Chapelle, d'où me l'envoyait Grand-mère, ma bonne fée; tandis que le vent de février faisait rage, j'étais au lit avec la grippe. Le glorieux stylo, blotti dans son étui de cuir rouge, faisait l'admiration de toutes mes amies..

A l'âge de dix ans, on me permit de l'emporter à l'école et l'institutrice consentit à ce que je m'en serve....

A treize ans, le stylo m'a suivie à l'annexe où depuis lors, il a galopé comme un pur sang sur mon journal et sur mes cahiers.

Vendredi après-midi, après cinq heures, je sortis de ma chambrette pour continuer à travailler chez mes parents. Aussitôt installée à la table, je fus bousculée sans trop de douceur par Margot et Père. Abandonnant mon stylo sur la table, j'ai utilisé le tout petit coin qu'ils voulaient bien me laisser pour trier et frotter les haricots, c'est à dire éliminer les moisis et nettoyer les bons.

A six heures moins le quart, j'ai ramassé tous les déchets et je les ai jetés. Le poêle, qui les derniers temps ne tirait plus, cracha une flamme énorme, il marchait bien maintenant;je me préparai à poursuivre mon oeuvre épistolaire, mais mon stylo était introuvable, je cherchai, Margot chercha; peine perdue, mon trésor avait disparu sans laisser de traces;"peut-être est-il tombé dans le poêle avec les haricots, suggéra Margot.

Eh quoi encore, mais non, voyons! répondis-je.

Le soir, je me mis à croire comme tout le monde qu'il avait été brulé.

La triste supposition est devenue vérité le lendemain matin, lorsque Père retira des cendres l'agrafe du stylo....

Il me reste uns consolation, aussi minime soit-elle, mon stylo a été incinéré et non enterré; j'en espère autant pour moi.

A toi,

Anne   "

JOURNAL de ANNE FRANK   [ Jeudi 11 novembre 1943 ]

10:46 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.