2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2010

On sent autrement la couleur

"Je t'écris de Saintes Maries au bord de la Méditerranée enfin. La méditerranée a une couleur comme les maquereaux, c'est à dire changeante, on ne sait pas toujours si c'est vert ou violet, on ne sait pas toujours si c'est bleu, car la seconde après, le reflet changeant a pris une teinte noire ou grise.

Je me suis promené une nuit au bord de la mer sur la plage déserte. c'était pas gai mais pas non plus triste, c'était beau. Le ciel d'un bleu profond était tacheté  de nuages d'un bleu plus profond que le bleu fondamental d'un cobalt intense,  et d'autres d'un bleu plus clair comme la blancheur bleue des voies lactées; dans le fond bleu, les étoiles scintillaient claires: opales, émeraudes,  lapis,  rubis , saphirs.

La plage d'un ton violacé et roux pâle avec des buissons sur la dune, de cinq mètres de haut la dune,des buissons bleu de Prusse.

Maintenant que j'ai vu la mer ici, je ressens tout à fait l'importance qu'il y a de rester dans le Midi et de sentir qu'il faut encore outrer la couleur davantage; l'Afrique pas loin de soi. Au moment de partir le matin fort de bonne heure, j'ai fait le dessin des bateaux et j'en ai le tableau en train; c'était avant que les bateaux ne fichent le camp, je l'avais observé tous les autres matins mais comme ils partent très de bonne heure, n'avais pas eu le temps de le faire.

Pour ce qui est de rester dans la Midi, même si c'est plus cher, voyons: on aime la peinture japonaise, on en a subi l'influence, tous les impressionnistes ont çà en commun, et on n'irait pas au Japon, ; je crois donc qu'encore après tout l'avenir de l'art nouveau est dans le Midi;seulement, c'est lmauvaise politique d'y rester seul, lorsque deux ou trois pourraient s'aider à vivre de peu.

Je voudrais que tu passes quelques temps ici, tu sentirais la chose, la vue change, on voit avec un oeil plus japonais, on sent autrement la couleur."

VINCENT VAN GOGH   [Lettres à son frère Théo ]

14:56 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.