2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2010

Des festins de paroles

"Ce sera à la fortune du pot.

Cette fortune-là, d'une minceur squelettique en Angleterre, prend en France les formes les plus généreuses. Elle éclaire même tout le problème: car on comprend, lorsqu'on voit les Français vous recevoir à la fortune du pot, en mettant les petits plats dans les grands pourquoi cette improvisation doit être préparée de longue date; jamais une maitresse de maison ne parviendrait chez nous à ce résultat sans un travail de plusieurs mois. Toute la question est de savoir s'il vaut mieux être invité tout de suite par des Anglais ou attendre six mois pour être prié ensuite par des Français..

Il ne suffit pas que la fortuine du pot soit pantagruélique; on vous met sans cesse l'eau à la bouche avec des plats qui n'apparaissent pas sur la table. Au moment où, dégagé des obligations du savoir-vivre britannique, j'ose parler de ce que je mange et et m'extasie devant un gigot de pré-salé,  M. Taupin s'écrie:

Si vous étiez venu il y a trois semaines, on vous aurait fait goûter un de ces faisans, mais un de ces faisans!...

Les Français ont une telle façon gourmande d'évoquer la bonne chère qu'elle leur permet  de faire entre les repas des festins de paroles. C'est un incomparable plaisir pour un étranger d'en être le contemplatif convive.....

Pourtant, c'était du gigot, succulent, je dois dire.Pourtant avec ces gens-là, on a vite la papille étourdie; quand un pays possède tant de bonnes choses, il ne devrait pas y avoir d'époque pour chacune. Seule une mémoire d'autochtone peut permettre de savoir sur le bout de la langue ce calendrier gastronomique. Je l'ai compris dès mon premier voyage dans ce pays; lorsque j'arrivai à Castelnaudary:" Vous venez un peu tard pour mes petits foies frais, me dit le père Piquemolles, mais je peux vous faire goûter un bon petit cassoulet avec un confit d'oie que vous m'en direz des nouvelles...IL se mange pas, il se tète!"

PIERRE  DANINOS  [ Les carnets du major Thompson ]

 

08:50 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.