2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2010

Le souci de l'autre.

A.k -En tant qu'agnostique, la vie n'a pour moi ni sens ni but: elle est; Un jour, elle disparaitra. Il n'y a pas de dessein du vivant, pas plus de l'humain que de la plante verte ou de l'insecte.

En revanche,le statut particulier de l'homme le place devant un paradoxe philosophique: alors même que sa vie n'a pas de sens en soi, il ne peut pas, étant doté de raison et de conscience, manquer de se poser la question du sens qu'il désire donner à sa propre vie. Puisque personne n'a crée l'être humain, ni ne l'a investi d'une mission, son seul mode de détermination est subjectif.

L'un des éléments qui me guident au premier chef est le souci de l'autre, comme je te le disais;pas parce que je suis un homme bon, mais parce qu'on est rarement bien tout seul. Le plaisir de vivre, c'est aussi la société de l'homme. Une chose est incontestable, contribuer à l'épanouissement et à la satisfaction d'autrui me procure de la joie.

L'autre élément auquel je me réfère réside dans la valeur négative certaine, sur le plan intellectuel comme sur le plan moral , du gâchis. Il consiste pour moi en un potentiel qui ne se déploie pas, comme détenir le pouvoir d'agir en faveur des autres, d'élever leur niveau de conscience et de n'en rien faire.

J.F.K- c'est pour cela que tu es devenu médecin?

A.K Plutôt par élimination. Papa était philosophe, toi historien, Olivier chimiste..Pour ne pas entrer en concurrence frontale avec vous, que me restait-il? Je n'ai rien vu d'autre que la médecine, c'est extrêmement gratifiant de soigner des gens, notre rôle est évident. Quand tu sauves quelqu'un de la mort, tu ressens un bonheur extraordinaire. L'intensité est , hélas, la même lorsque tu échoues, et c'est alors parfois épouvantable.Mais très rapidement, j'ai trouvé cela insuffisant, je voulais approcher la médecine par son versant scientifique; si l'on est capable d'édifier de nouveaux concepts, de trouver de nouveaux remèdes, alors, il est impératif de le faire."

AXEL KAHN et JEAN-FRANCOIS KAHN    [Comme deux frêres ]

 

Commentaires

pourquoi pas:)

Écrit par : Emaiseammog | 01/06/2012

Les commentaires sont fermés.