2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2010

la parfaite contrefaçon d'une mère

"Pendant ce petit diner, il avait même dépeint ma mère comme une femme du monde, pour ainsi dire, ce qu'elle n'a jamais été, car ma mère était une provinciale typique, une parvenue, quelqu'un d'absolument anticulturel, ai-je pensé, cette notion m'a semblé tout à coup mieux s'appliquer que toute autre à ma mère, qui, naturellement n'a jamais aimé Mahler, n'a révéré aucun compositeur, qui n'a jamais fait qu'abuser de la musique comme d'un moyen qui lui permettait d'exhiber ses robes de mauvais goût les plus neuves dans une société qui la révérait, bien qu'il n'y eût rien à révérer chez elle, car elle est la femme la plus repoussante qui soit;pour qui aucun tableau, et même aucune oeuvre d'art n'avait une importance quelconque, qui méprisait tout ce qui a trait à l'art.

Spadolini nous avait inventé une mère qui lui aurait appris à aimer Florence, alors que notre mère ne pénétrait qu'à contrecoeur dans cette vieille ville, qu'à contrecoeur dans de vieilles églises, n'allait qu'à contrecoeur à n'importe quel concert, n'importe quelle exposition et elle n'a d'ailleurs jamais lu un bon livre non plus, typique cela aussi. Spadolini nous a servi la parfaite contrefaçon d'une mère, me suis-je dit. Combien inepte m'a paru soudain le discours de Spadolini sur la mère, de bout en bout hypocrite, mensonger, de bout en bout fait sur mesure pour la circonstance, voilà que notre mère était tout à coup une personne pleine de goût, tout à fait heureuse de vivre selon ses propres termes, confiante en la vie,qui s'intéressait à tout, une bonne mère, une éducatrice -née . Et par-dessus le marchée femme d'intérieur-née, ai-je pensé. Compétente observatrice de la nature, maitresse de maison hospitalière. Spadolini a parlé de quelqu'un qui avait fait avec le temps de Wolfsegg un paradis pour nous tous, qui se distinguait par sa bonté et sa joie de vivre, de quelqu'un que nous devions aimer. Votre mère était la bonté même , elle tenait tout ensemble, votre mère était une belle âme...Dans le discours de Spadolini, un mensonge s'accrochait en quelque sorte à un autre....Un esprit entièrement calculateur, ai-je pensé."

THOMAS   BERNHARD     [ Extinction ]

Les commentaires sont fermés.