2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2011

J'ai trop vécu

"Mon fils, Grant, mort dans un accident de voiture à soixante-cinq ans. Ma fille Liberty morte à son tour d'un cancer à soixante-dix ans. j'ai bien vu dans le regard de ceux qui m'entouraient aux obsèques-et ils n'étaient pas nombreux, deux trois voisins à peine et le prêtre-, que personne ne parvenait à me plaindre vraiment, car mes enfants avaient vécu une longue vie. Oui,mais pour moi, vieille négresse aux seins de mère flétris, c'étaient encore mes enfants et ils devaient durer. Il ne me reste que ma vieille carcasse et mes os de nègre maintenant. A quoi puis-je rester fidèle? Il n'y a que cela qui fasse tenir le monde debout, la fidélité des hommes à ce qu'ils ont choisi. Je voulais être un roc mais il ne me reste que des souvenirs. je veux être fidèle à Marley, par-dessus soixante-dix années de solitude et tant pis si nous n'avons vécu ensemble que quatre petites années, tant pis si j'étais une gamine aux seins fermes et aux jambes galbées , je suis fidèle à Marley parce que cela seul éclaire la solitude des années que j'ai passées à veiller sur mes enfants avec ma rage et mes griffes et pourquoi l'ai-je fait au fond si c'était juste pour nourrir la mort? Je suis fidèle à Marley et j'irai mourir dans le bayou où ils l'ont noyé; il n'y a que cela qui ait un sens; puisque personne n'est là pour me fermer les yeux, je les garderai ouverts, et les poissons viendront se réfugier dans ma chevelure; la vieille Joséphine, négresse par principe depuis presque cent ans, flottera dans les mêmes eaux que son homme et une chose au moins, ici-bas sera à sa place."

 

LAURENT  GAUDE        [ Ouragan ]

14:15 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Merci, Anne-Marie, de cet extrait.
Amitiés.

Écrit par : Michèle | 14/03/2011

Les commentaires sont fermés.