2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2011

Exercice de gare

"Veuillez nous excuser pour cet" "ce TGV comporte un" "nous vous remercions de" "en raison d'une" " en provenance de Bordeaux St Jean" "monsieur Monéro" "train Intercités n° 2460" " Flers, Vire, Villedieu-les-Poêles et". La voix féminine exaspérée dispensatrice de nouvelles jamais bien fameuses, au mieux neutres, juste des informations ,ne répètera pas, du moins pas de sitôt. Alors, consulter ses voisins, et recoller d'autres bribes attrapées au vol par d'autres oreilles. Exercice de gare : calculez la probabilité que la voix mécanique coupée-copiée-collée de la gare se mette à chanter : "La voix humaine" de Francis Poulenc, un soir à l'heure à laquelle à l'Opéra le rideau se lève, suite à une incivilité facétieuse....

Une sous-espèce remarquable des voyageurs du Paris-Granville, au départ des voies border-line, le long du grillage bleu, est composé, en saison thermale, des curistes en partance pour Bagnoles-de-l'Orne où ils vont soigner une maladie veineuse à l'origine de disgracieux chapelets  en relief bleuté, sur leurs membres inférieurs, cachés sous des pantalons ou des bas épais. "A Bagnoles, à bas la varice": c'était de l'humour de cartes postales sur tourniquet, à côté d'une autre astuce locale, celle du célèbre "trou normand" et la carte était trouée. Plus de femmes que d'hommes parmi les voyageurs curistes. Plus de femmes d'âge certain que de jeunettes. Lourds sous-entendus des chauffeurs de taxis qui attendaient leurs maris au train de 20h30 le vendredi soir, dit par eux le "train des cocus", à l'époque où la gare de la station thermale recevait encore quotidiennement des attelages composés d'une locomotive et de deux wagons. C'est du passé... jusqu'en 1994, les deux derniers wagons des trains se décrochaient à Briouze et poursuivaient seuls sur voie unique, après une somptueuse manoeuvre-"la manoeuvre"- spectacle de retournement ferroviaire que ses aficionados descendaient observer du quai. C'est quand les deux wagons s'engageaient, griffés par les branches, au coeur de la forêt d'Andaines que les distraits qui voulaient continuer vers Granville sans avoir pris garde au décrochage caudal entraient en transes."

 

MARTINE  SONNET   [ Montparnasse monde ] 

14:28 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.