2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2011

La formation d'une idée

"L'agitation du capitaine , ce soir-là, avait plusieurs causes; sa personnalité différait en bien des points de l'ordinaire. Il envisageait d'une façon singulière les trois éléments fondamentaux de l'existence: la vie elle-même, le sexe et la mort. Pour ce qui est du sexe, , le capitaine réalisait en lui un équilibre délicat entre l'élément mâle et l'élément femelle, doué de la sensibilité des deux sexes mais dépourvu du pouvoir actif de l'un et de l'autre....

Le capitaine Penderton était également une sorte de savant; pendant des années où il était jeune lieutenant et célibataire, il avait eu beaucoup d'occasions de lire, ses camarades de régiment ayant tendance à éviter sa chambre dans le quartier des célibataires ou à ne lui faire visite que par deux ou par groupes. Son cerveau était farci de statistiques et d'informations d'une précision scientifique. Par exemple, il pouvait décrire en détail le curieux appareil digestif d'un homard ou faire la biographie d'un trilobite. Il parlait et écrivait trois langues avec élégance. Il savait un peu d'astronomie,  et avait lu beaucoup de poésie. Mais en dépit de cette connaissance de nombreux faits séparés, le capitaine n'avait jamais de sa vie eu une idée. Car la formation d'une idée implique la fusion de deux ou plusieurs faits. Et le capitaine n'avait jamais eu le courage de le faire...."

CARSON  Mc  CULLERS        [ Reflets dans un oeil d'or ]

15:33 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Et Marlon Brando dans le rôle est parfait (John Huston, 1967)

Écrit par : PdB | 03/09/2011

Les commentaires sont fermés.