2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2011

Les derniers décideurs de guérison

"Tel ce cas singulier observé par un témoin digne de foi en la personne d'un médecin de Bourg St Maurice, sous le règne de Louis XVIII:

Un maréchal-ferrant qui n'était pas doué d'un esprit très brillant était fréquemment insulté par un jeune étourdi toutes les fois que celui-ci passait devant la forge. Un jour, le jeune homme railla le maréchal, qui, indigné, sortit subitement de sa forge ayant en main un fer rougi au feu, l'enfonça avec force dans le derrière du jeune polisson. Le fer pénétra et traversa de derrière en devant.. Le blessé eut d'abord une soif ardente, des sueurs froides, un pouls intermittent et faible et éprouva de grandes douleurs dans le bas-ventre. le malade n'avait point encore rendu d'urine vingt- quatre heures après sa blessure. La plaie de donnait ni sang ni pourriture. On lui donnait des lavements avec de la térébenthine, on employait des huiles et des émulsions. Un régime sévère de jardinage, d'autres aliments doux furent sa nourriture, les excréments et l'urine reprirent leurs voies naturelles.La continuation des mêmes remèdes guérirent radicalement le malade qui devint plus honnête.

" SACHANT QU'IL N'EST RIEN DE PLUS CERTAIN QUE LA MORT, NI DE PLUS INCERTAIN QUE L'HEURE D' ICELLE "

Il restait et il reste encore une seule chose contre laquelle la médecine s'est toujours montrée démunie: la vieillesse.

Nos aïeux ont tout essayé, en particulier toutes sortes de testicules: ceux de lièvre,  mangés crus par les Grecs, d'âne, (surtout le droit), broyés et avalés dans du lait, de préférence du lait de cerf, séchés, réduits en poudre et mis dans du vin, ou d'hyéne mangés avec du miel...Ils croquèrent des têtes de serpent, de l'eau de poudre d'or préparée par les alchimistes et inventèrent le "gérocomie", méthode consistant à respirer l'haleine des jeunes filles. Rien n'y fit."

JEAN-LOUIS BEAUCARNOT     [ Comment vivaient nos ancêtres? ]

18:01 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.