2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2012

le prix des poireaux augmente..

"Monsieur,

Je vous envoie le manuscrit d'un...comment pourrais-je appeler çà? Roman, peut-être ou essai de roman? Enfin, je ne sais pas, j'ai intitulé ce manuscrit "La Fracture"; j'aimerais savoir si le produit de mon imagination est mauvais, très mauvais, bon ou moyen. Il m'est très difficile de le savoir, c'est pourquoi, je m'adresse à vous. Après lecture de cette oeuvre "mortelle", dites-moi, je vous en prie, si je dois continuer à acheter du papier et des crayons.

Cette question, je l'ai posée à deux éditeurs; le premier m'a répondu:"pas mal, pas mal, il y a des défauts, beaucoup de défauts; achetez du papier, oui, oui, mais je vous signale que même sans défaut, ce que vous écrivez n'est pas le genre de la maison; si vous voulez arriver à un résultat , pas avec nous, mais avec d'autres, essayez d'écrire comme M.X ou M.Y; imitez les et surtout pas trop d'imagination, un peu de sérieux, voyons...."

Le second éditeur , après lecture, m'appela dans son bureau et poussa des cris de joie en me voyant entrer:"Magnifique, merveilleux, je vous édite, succès garanti"puis, petit silence, petite toux discrète du monsieur; une phrase importante allait être prononcée; ce fut en résumé et très bien enveloppé:"mon ange, le prix des poireaux augmente d'heure en heure, le beurre premier choix est réservé à une élite, dont je ne fais, hélas pas partie, le rôti de veau, n'en parlons pas...enfin, vous voyez, les temps sont difficiles,donnez moi quatre cent mille francs et c'est promis, je le jure, je vous édite et hop!, à nous la bonne soupe, vous allez voir ce que vous allez voir. Alors,, c'est d'accord?" je dis :"Non, si je possédais cette somme, je préférerais acheter des poireaux." Il fut surpris et peiné.

Après ces deux expériences, je vous écris afin de vous demander votre avis."

DOMINIQUE   CHARNAY    [  Cher Monsieur Queneau   ]

Dans l'antichambre des recalés de l'écriture..

16:37 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

la vie est dure lorsqu'on ne mange pas de rôti de veau...

Écrit par : PdB | 14/05/2012

Les commentaires sont fermés.