2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2012

sa convalescence l'avait embellie

"Par un de ces hasards impossibles à prévoir, il revint ce soir-là deux heures plus tard que de coutume du Cercle où il allait lire les journaux et causer politique avec les habitants du pays. Sa femme le croyait rentré, couché, endormi. Mais l'invasion de la France avait été l'objet d'une discussion fort animée; la partie de billard s'était échauffée, il avait perdu quarante francs, somme énorme à Vendôme, où tout le monde thésaurise, et où les moeurs sont contenues dans les bornes d'une modestie digne d'éloges, qui peut-être devient la source d'un bonheur vrai dont ne se soucie aucun Parisien.

Depuis quelques temps, monsieur de Merret se contentait de demander à Rosalie si sa femme était couchée; sur la réponse toujours affirmative de cette fille, il allait immédiatement chez lui avec cette bonhommie qu'enfantent l'habitude et la confiance. En rentrant, il lui prit fantaisie de se rendre  chez Madame de Merret pour lui conter sa mésaventure, peut-être aussi pour s'en consoler. Pendant le diner, il avait trouvé madame de Merret fort coquettement mise; il se disait, en allant du Cercle chez lui que sa femme ne souffrait plus, que sa convalescence l'avait embellie et il s'en apercevait, comme les maris s'aperçoivent de tout, un peu tard. Au lieu d'appeler Rosalie, qui dans ce moment était occupée dans la cuisine à voir la cuisinière et le cocher jouant un coup difficile de la brisque, Monsieur de Merret se dirigea vers la chambre de sa femme, à la lueur de son falot qu'il avait déposé sur la première marche de l'escalier. Son pas facile à reconnaitre retentissait sous les voutes du corridor. Au moment où le gentilhomme tourna la clef de la chambre de sa femme, il crut entendre fermer la porte du cabinet dont je vous ai parlé; mais quand il entra, madame de Merret était seule, debout devant la cheminée; le mari pensa naïvement en lui-même que Rosalie était dans le cabinet; cependant un soupçon qui lui tinta dans l'oreille avec un bruit de cloches le mit en défiance; il regarda sa femme et lui trouva dans les yeux je ne sais quoi de trouble et de fauve.

Vous rentrez bien tard, dit-elle; cette voix ordinairement si pure et si gracieuse lui parut légèrement altérée. Monsieur de Merret ne répondit rien car en ce moment Rosalie entra. Ce fut un coup de foudre pour lui."

 

HONORE de BALZAC        [  La Grande Bretèche  ]

16:05 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.