2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2012

Il fait chaud à l'intérieur d'une poule

"Il fait chaud, comme chacun sait, à l'intérieur d'une poule. Quarante-deux degrés. Bien plus chaud qu'à l'intérieur d'un mouton. Qui garde sa petite laine.

Pasteur fut le premier, enfilant un peu partout des thermomètres dans des cloaques et des anus, à constater que les températures élevées de certains oiseaux interdisent aux virus de s'y développer. On inocule le charbon du mouton à une poule: elle s'en fout et rigole; çà la chatouille. On la plonge dans une baignoire d'eau froide: elle fait moins la maligne; elle meurt du charbon. Si la poule mouillée est sortie à temps, elle est atteinte de la maladie mais se guérit toute seule, bat des ailes pour se réchauffer en insultant le laborantin. Yersin s'attaque au pigeon.

Le pigeon est un peu le rat du ciel, un rat auquel on aurait vissé des ailes avant de le repeindre en gris. Volatile néanmoins au sol la plupart du temps et boiteux souvent, claudiquant sur ses moignons, manière de lépreux sans béquille. Entre les deux créatures, cependant, une notable différence: l'oiseau à l'encontre du rongeur , est naturellement immunisé contre la peste. Yersin fait défiler toute la ménagerie rue Dutot, du plus petit au plus grand. De Molière, il passe à La Fontaine, aux animaux malades de la peste, puis au conte des frêres Grimm, aux animaux musiciens empilés à Brême, de l'âne au coq. Il tente d'atténuer la virulence du bacille afin d'obtenir d'un côté un vaccin et de l'autre un sérum antipesteux. En deux mois et tout çà comme si de rien n'était, et qu'il suffisait de le filmer en accéléré devant sa paillasse, il manipule, prélève,chauffe, va pisser, se lave les mains, injecte, gribouille dans ses carnets. Yersin en blouse blanche qui s'active et les animaux dans le labo de plus en plus gros, mais qui n'en mènent pas large, et dans lesquels se plantent des seringues de plus en plus énormes. Le fouet du dompteur claque au milieu de la piste et chaque bestiole grimpe sur son tabouret pour la piqure, tend la fesse.

A chaque étape, le roulement de caisse claire et le coup de cymbale charleston de l'orchestre: Yersin immunise la souris! Yersin immunise le cobaye! Yersin immunise le lapin! Yersin immunise le cheval! Yersin n'a pas d'éléphant sous la main. Il sort un stylo, dévisse le capuchon, rédige avec calmette un topo pour les annales de l'Institut Pasteur; la peste bubonique, deuxième note. " Si les résultats  sur les animaux continuent à être satisfaits, il y aura lieu d'appliquer la même méthode à la prévention et au traitement de la peste chez l'homme". Il revisse le capuchon, enlève la blouse blanche, tend la feuille à Roux, voilà, il lui annonce son départ, je vous laisse la vaisselle..."

 

PATRICK    DEVILLE   [  Peste et choléra  ]

 

10:54 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.