2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2014

parmi les sauvages de Toulouse

"Je suis déjà informée de la sanglante tragédie qui s'est passée à Toulouse. Votre charité pour la malheureuse famille de Calas et votre zèle pour la servir, font honneur à vos sentiments et correspondent avec les miens. Vous êtes comme la sentinelle de l'Etat: vous vous faites un devoir de découvrir les grands crimes et les grands abus; il faut que vous soyez admirable en tout. Autant que j'en puis juger jusqu'à présent, les juges de Toulouse ont été bien précipités et cruels; il n'y a que des contradictions et des improbabilités dans leurs procédures, ce qui est d'abord un grand préjugé contre elle: la vérité et la justice n'admettent ni contradictions ni improbabilités....

Je vous remercie beaucoup du livre que vous m'avez envoyé; tout y est vrai et vous êtes toujours le premier homme du monde pour bien écrire et bien penser. Vous avez grande raison de précher la tolérance; mais les ignorants ne vous entendront pas et les hypocrites ne voudront pas vous entendre. Quand on me parla de l'éxecution du malheureux Calas, je croyais d'abord que cette scène s'était passée parmi les cannibales: mais on m'a dit que tout cela venait d'arriver parmi les sauvages de Toulouse, dans une ville où la sainte Inquisition a été fondée, et je ne fus pas étonnée. J'ai lu quelque morceaux de votre ouvrage au Roi qui en a été touché. Il est bien résolu de venger et de réhabiliter la mémoire de ce malheureux vieillard: pour moi, je ne serais pas fâchée qu'on envoyât ses juges aux galères; on dit que cette bonne ville de Toulouse est fort dévote: Dieu me préserve d'être jamais dévote de cette manière.

Pour revenir à vous, mon cher Monsieur, peut-on écrire encore avec tant de feu et de génie à votre âge? Continuez à instruire les hommes: ils en ont bien besoin: pour moi, je continuerai à vous lire et à vous admirer."

Lettre apocryphe  adressée à Voltaire

 

CECILE BERLY     [   Lettres de Madame de Pompadour, portrait d'une favorite royale  ]

15:44 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.