2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2015

Profite, vieille statue..

"IL en faut beaucoup pour m'étonner. Mais je n'avais pas encore vu cet endroit. Paris: une femme énorme et sale qui danse parmi ses immondices. Plus grouillante que Bordeaux et Poitiers réunies. Nous sortions d'un long périple teinté de larmes. Soudain, cette ville m'a fouetté le sang. J'ai jeté un oeil vers Pétronille. le contraste entre la chaleur du voyage et ce chaos la plongeait dans l'hébétude. Son corps ondulait doucement sur son cheval.Moi, je me sentais vivante. Paris a chassé ma peine. Elle sacrait ma victoire. Le désordre avait gagné.

Nous avons pris l'ancienne voie romaine. Elle descendait vers un immense marécage, dominé par une colline. "Montmartre, a lancé Louis. Et cette plaine d'eau en bas, regardez, j'ai accordé aux Templiers de l'asssainir pour en faire des potagers". Ces fameux Templiers ressemblaient donc à cela, à des soldats penchés sur des choux. Heureusement, Paris avait d'autres spectacles à m'offrir. Derrière les choux des Templiers, de grandes vagues de toits dévalaient jusqu'à nous. Jamais je n'avais vu autant de maisons empilées les unes sur les autres. Louis a levé la main par-delà la Seine. "Là-bas, le quartier des livres, vous qui les aimez."

Nous étions face à un pont couvert d'échoppes. En bas, le port raisonnait des cris des baigneurs. J'ai levé les yeux. D'immenses remparts semblaient surgir de la Seine. Comment une masse aussi énorme pouvait-elle tenir sur une île? La vie se brisait exactement au pied du palais. Si j'ai immédiatement aimé Paris, j'ai détesté aussi vite cet endroit . Ce tombeau, c'était ma maison.

Les portes se sont fermées derrière moi. Une fièvre étrange a gagné l'immense cour; peu de bruit mais des centaines de visages graves; on m'a aidée à descendre, escortée jusqu'à la grande salle. La mère de Louis, Adélaïde, attendait ma révérence devant le feu. Nos yeux se sont croisés. Ma mère savait se tenir, elle. Jamais elle n'aurait attendu devant un feu. Elle allait au devant, savait déchiffrer les courbettes, elle n'aurait pas laissé son mari devenir énorme. De toute façon, il n'y a rien à attendre d'une nièce d'archevêque. Profite, vieille statue, je te donne  quelques mois avant de te mettre dehors.

 A travers elle, montaient les chuchotements indignés. On parlait de moi; la voici, celle qui possède dix fois le royaume de France. celle qui donne des ordres, chevauche comme un homme,  et ne craint pas le désir qu'elle suscite. Qui colore ses robes, n'attache pas ses cheveux. Porte des souliers pointus. Qui donne l'argent du royaume à des poètes venus d'en-bas. Je suis le poison, la faute, l'immense faute de Louis. "Il n'aime qu'elle, il ne voit qu'elle". Oh, je le sais; le palais regorge de faibles qui rêvent de puissance, je connais la grande lâcheté de ceux qui plaident la sagesse en rêvant du trône... Je les ai percés à jour au premier coup d'oeil. Rien d'étonnant s'ils ne m'aiment pas. J'entends les râclements de gorge quand je m'exprime dans leur langue. J'ai le talent de la connaitre, pourtant. Qui parle ma langue à moi, ma belle, ma puissante langue d'oc, celle des poèmes et des guerres, tu ne sers à rien, tu mourras d'oubli, ce mariage m'a volé ma langue"

CLARA  DUPONT-MONOD       [ Le roi disait que j'étais diable ]

18:10 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.