2348

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2008

Aimer, être aimé

"A l'époque où j'étais en seconde ou troisième année à l'école de filles, nous fûmes questionnées sur l'actif et le passif des verbes . Frapper, être frappé; voir, être vu; aimer, être aimé? Comme chaque élève examinait le questionnaire avec attention et réflexion, l'une d'elle, non sans malice mit en circulation un bout de papier.....désires-tu aimer? Désires-tu être aimée? Sous les mots" être aimée",de nombreux cercles avaient été tracés à l'encre au crayon bleu ou rouge. Au contraire, sous les mots " désires-tu aimer", ne figurait aucun signe.Je ne fis pas exception...L'élève assise à côté de moi prit le bout de papier, y jeta un coup d'oeil et sans hésiter, elle traça un grand cercle où ne figurait aucun signe. Elle, elle désirait aimer. Même aujourd'hui, je me rappelle très bien qu'à ce moment, je me sentis déconcertée...C'était une des élèves les plus ternes de notre classe,une fille effacée, plutôt renfermée. Mais aujourd'hui, tandis que j'écris cette lettre, après plus de vingt ans déjà, le visage de cette fille solitaire s'impose à moi, comme s'il ne s'était écoulé qu'un temps très bref."

Yasushi Inoué        [Le fusil de chasse] 

09:42 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

08/03/2008

Mme de Maintenon

"Née dans les îles de l'Amérique où son père, peut-être gentilhomme, étoit allé avec sa mère chercher du pain,et que l'obscurité y a étouffés,revenue seule et au hasard en France, abordée à la Rochelle, recueillie au voisinage par pitié chez Mme de Neuillant...; venue à Paris à sa suite, jeune, adroite, spirituelle et belle, sans pain et sans parents, d'heureux hasards la firent connoître au fameux Scarron. Il la trouva aimable, ses amis peut-être encore plus.Elle crut faire la plus grande fortune, et la plus inespérable d'épouser ce joyeux et savant cul- de -jatte, et des gens qui avoient peut-être plus besoin de femmes que lui l'entêtèrent de faire ce mariage et vinrent à bout de lui persuader de tirer par là de la misère cette charmante malheureuse."

Louis de Saint-Simon      [Mémoires]      Tome treizième

13:54 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

05/03/2008

Le grand Will va vous promener

Non pas un passage,cette fois mais mon ressenti.

Lisez "Pylône" de William Faulkner; vous serez probablement dérangés plus qu'ébranlés au milieu de ces êtres qui n'ont rien à perdre, sans attaches, sans liens avec leur passé et qui se savent piègés par leurs actes de bravoure, sacrifiés d'avance et étonnés de ce qui leur arrive.Vous y verrez, près des pilotes acrobates, cette femme ambigüe, plus femelle que femme, passablement répugnante,amoureuse d'une image plus que de l'homme; vous n'y trouverez pas l'enfant malicieux qui, chez Faulkner, sait mieux que l'adulte,mais qui me fait, ici,  l'effet d'un colis encombrant dont on finira par se débarasser; des saoûleries grandioses,un ménage à trois et tant de choses inacceptables; même ceux qui tournent autour d'eux sont entrainés vers le fond" they ain't human like us..."; vous vous enliserez dans les marais de La Nouvelle Orléans comme les insectes charognards à la fin.

Un livre impressionnant; si vous le lisez en anglais, vous aurez les sonorités en prime; Avec Faulkner, il faut parfois lire et relire mais on finit toujours par comprendre;c'est un peu comme des matriochkas dont il donnerait progressivement les clés.

Bonne lecture   AME91

14:31 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)